La 4e année est celle où beaucoup d’étudiantes partent faire une année ou 6 mois dans une autre université dans le cadre des programmes “Mobilité suisse” et “Erasmus”.

Elle est caractérisée, pour celles qui restent à Lausanne, par une demi-année effectuée sous la forme de cours blocs, ou cours donnés à l’hôpital.

C’est également lors de cette année que les sujets du travail de maîtrise sont choisis (vers avril-mai) et que la pré-inscription aux stages de 5e-6e se fait.

En quoi consiste la quatrième année ?

Les informations suivantes sont extraites des Cahiers de module téléchargeables à cette adresse.

M1.1 Douleurs articulaires

Les atteintes ostéoarticulaires représentent une problématique extrêmement fréquente. Les rachialgies et les douleurs des membres inférieurs représentent un des motifs de consultation les plus fréquents chez son médecin. On estime que 80 % de la population aura un épisode de lumbago à un moment ou à un autre de sa vie. L’ostéoporose et l’arthrose sont également des problématiques « ubiquitaires » qui ne vont que s’aggraver avec le vieillissement de notre population.

Les problématiques ostéoarticulaires couvrent tout un spectre d’affection, allant de la « bobologie » fréquente à des affections inflammatoires rares, sévères et potentiellement léthales. Ces atteintes peuvent être mécaniques, mais également traumatiques ou encore secondaires à des mécanismes auto-immuns très spécifiques. Leur prise en charge est souvent variée, pouvant être aussi bien chirurgicale que médicale.

Différentes possibilités de structure du module étaient possibles, strictement liées aux spécialités ou au contraire orientées par thématique. Avec un module distribué sur 4 semaines, nous avons opté pour une structure mixte en essayant de présenter une vision intégrative des spécialités et de leurs approches spécifiques, tout en regroupant les problématiques communes comme par exemple les problèmes infectieux ou dégénératifs et traumatiques d’une même articulation.

Si l’enseignement d’entité nosologique classique reste nécessaire, nous avons également voulu favoriser un enseignement plus basé sur les problématiques ostéoarticulaires courantes qui restent la base de la pratique de la médecine au quotidien. Par exemple, le choix du titre de cours « lombalgies aiguës » souligne ce désire d’axer l’apprentissage sur la prise en charge médicale plus que sur une entité nosologique et pathologique comme la hernie discale.

Les branches transversales ont été intégrées dans la mesure du possible dans le même esprit, apportant leurs visions aux thèmes abordés.

Finalement suite aux remarques des étudiants des années précédentes, nous avons rendu attentif les enseignants aux exigences fédérales en terme de connaissances minimales, notamment pour les examens finaux (Swiss Catalogue of Learning Objectives).

M1.2 Mère-enfant

Ce module permet de se familiariser avec les spécialités de la gynécologie, l’obstétrique, la néonatologie, la pédiatrie générale et la chirurgie pédiatrique en considérant les grands tableaux cliniques de ces spécialités. Des aspects spécifiques de pathologie, de radiologie, de conseil génétique et d’éthique seront également abordés. Ces disciplines concernent le suivi et les pathologies de la femme ainsi que le domaine de la maternité et des nouveau-nés. Elles comprennent des sujets de physiopathologie très variés qui ont été regroupés le plus possible sous forme de thèmes dans les différentes spécialités. Nous avons volontairement restreint le nombre d’enseignants par spécialité afin d’assurer une cohérence et d’éviter les répétitions.

Ce module est conçu pour les études de maîtrise universitaire en médecine et se base sur les connaissances acquises lors des études du baccalauréat universitaire en médecine. En raison de l’importante richesse en facettes cliniques variées, il a été décidé de maintenir une structure continue de ce module pendant 7 semaines. L’immersion doit se faire de façon progressive pour que les pathologies diverses, leurs origines et leurs traitements puissent être mémorisés. Ce module comprend deux approches pédagogiques avec une grande partie d’enseignement ex cathedra interactif et un travail individuel dirigé ; le cours bloc qui aura lieu pendant le semestre d’été constitue une troisième approche.

Les notions d’anatomie, d’embryologie et de physiologie indispensables pour la compréhension de la partie clinique sont prérequises et seront parfois rappelées brièvement en début de cours. Suivront les présentations cliniques des pathologies les plus importantes et courantes. L’accent sera mis sur les symptômes et signes classiques, le diagnostic différentiel et le traitement de ces pathologies. Le travail individuel dirigé sera effectué par l’étudiant et visera à compléter les notions théoriques. Enfin, l’acquisition de certains gestes pratiques se fera durant les enseignements au lit du malade et le cours-bloc.

M1.3 ORL, dermatologie, ophtalmologie (ODO)

Ce module doit vous familiariser avec les spécialités de l’oto-rhino-laryngologie, la dermatologie et l’ophtalmologie. Ces trois domaines ont en commun l’origine neuro- ectodermique d’une bonne partie des tissus concernés et ainsi partagent leur accessibilité plus directe par le regard que les organes internes. Les trois domaines montrent également une importante complexité dans leur structure d’enseignement puisqu’ils comprennent des sujets de physiopathologie très variés, tels que les inflammations, les infections, les troubles vasculaires, la traumatologie, les maladies héréditaires et l’oncologie. Ils sont souvent également le miroir de maladies internes systémiques.

Ce module est conçu pour les études de maîtrise universitaire en médecine et se base sur les connaissances acquises lors des études du baccalauréat universitaire en médecine. Suite à une réévaluation du module après deux années de fonctionnement, il a été décidé de concentrer l’enseignement des trois disciplines sur cinq semaines A côté de ce module, qui comprend une grande partie d’enseignement ex cathedra, un cours-bloc aura lieu pendant le semestre d’été dans le cadre du module M1.6. Une évaluation par un examen QCM aura lieu environ un mois après l’enseignement donné dans l’auditoire.

Les notions anatomiques et physiologiques indispensables pour la compréhension de la partie clinique seront exposées en début de cours. Suivra la présentation clinique des pathologies les plus importantes et courantes. L’accent sera mis sur les symptômes et signes classiques, le diagnostic différentiel et le traitement de ces pathologies. Enfin, l’acquisition de certains gestes pratiques se fera durant le cours-bloc.

M1.4 Introduction au travail de master

Ce module contribue à préparer et à réaliser le travail de maitrise de médecine. Il comprend des enseignements sur des aspects généraux pour l’ensemble des projets de recherche, de la recherche fondamentale à la recherche en sciences humaines, en passant par la recherche clinique, domaine qui rassemble la majorité des travaux de maîtrise effectués.

Ce module est placé en première année de maîtrise, afin de permettre le début du travail de recherche dès l’été cette première année, et de favoriser le contact précoce avec les tuteurs. Il est crucial de démarrer le travail suffisamment tôt et de planifier les activités pour utiliser de manière optimale le temps réservé à sa préparation.

La période du module M1.4 doit être avantageusement utilisée pour décider la question de recherche, effectuer une recherche de littérature, établir le projet avec le tuteur, rédiger le protocole et établir le calendrier réaliste des travaux. Le temps disponible hors des périodes de cours est destiné à cela. Les tuteurs se rendront disponibles au cours de cette période.

M1.5 Généralisme I

  1. Sensibiliser et former les étudiants à l’approche intégrative en médecine clinique ambulatoire et hospitalière.
  2. Approfondir les situations cliniques les plus fréquentes en pratique clinique de médecine interne ambulatoire et hospitalière avec un accent particulier sur le diagnostic différentiel.
  3. Donner les bases théoriques et les outils de la gestion clinique de :Sensibiliser au travail pluri-disciplinaire et à la coordination des soins.
    • la polymorbidité
    • la complexité médicale
    • l’incertitude clinique
  4. Sensibiliser au travail pluri-disciplinaire et à la coordination des soins.
  5. Illustrer la pratique du généralisme (du cabinet et de l’hôpital)
  6. Créer le désir pour le généralisme !

Progression entre les deux modules

L’enseignement « généralisme » est complété en seconde partie de la 2e année Master par le module M2.5 qui illustre ce thème par des mises en situations complexes.

M1.7 Médecine, individu, communauté, société

M1.8 Compétences cliniques (skills)